Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Le Mojito

Ah le Mojito ! Délicieux breuvage qui devient au fil des années une véritable boisson à part entière plutôt qu’un simple cocktail. Encore méconnu à la fin de années 90, il en devenu en quelques années un incontournable de tout bar qui se respecte.

Une nuance à apporter : ne le cherchez pas systématiquement sur la carte des restaurants car tous ne le font pas et ce même s’ils proposent des alcools forts et qu’un barman y officie. Si un traditionnel tartare pourra déterminer si une brasserie vaut le coup ou pas, sachez d’avance qu’un Mojito réussi est le test idéal pour savoir si le bar où vous venez d’échouer vaut le détour ou non.

Mais qu’entends t’on au juste par réussir un Mojito ? Je vous narre cela dans ce qui suit tout en vous expliquant comment le réaliser dans les meilleures conditions possibles. Pour votre propre égo comme pour épater vos relations !

Un peu d’histoire

Comme souvent en gastronomie, il faut déterminer d’où provient ce que l’on souhaite réaliser avant de savoir le faire. Le Mojito mesdames et messieurs tire son origine profonde dans les récits des marins qui sillonnaient la Mer des Caraibes au XVIIème et XVIIIème siècle. Le rhum était à l’époque l’alcool le plus largement répandu en raison d’une culture intensive de la canne à sucre par les populations locales non encore décimées par les colonisateurs d’Europe occidentale qui se battaient régulièrement lors de sanglantes guerres coloniales pour garder le contrôle sur cet espace.

Très utile pour combattre le scorbut qui faisait des ravages parmi les marins, il était recommandé de boire des boissons à base de cet alcool local déjà fort apprécié avec lequel on rajoutait de la menthe fraîche et – selon les versions – du citron vert. Les vertus de ces deux derniers ingrédients permettaient de soulager les maux d’estomac. C’est d’ailleurs toujours vrai de nos jours. Si vous allez en vacances à Cuba, que vos enfants sont malades à crever en raison d’une turista persistance alors que vous non… Posez-vous la question si à un moment ou à un autre vous n’avez pas forcé un peu sur plusieurs verres de vous savez quoi.

Le Mojito tel qu’on le connait possédait donc déjà sa trame de base mais sa recette a évolué à partir des années 30 et pas n’importe où. J’en parlais juste avant : ce verre est un cocktail cubain par excellence. Et se réalisera toujours avec du rhum cubain. Certaines personnes se risquent à tenter des variantes avec d’autres rhums (tel que celui de la Martinique) mais le goût n’est absolument pas le même et dénature le cocktail de façon telle que cela peut vous en dégouter.

Bien choisir sa marque

La marque du rhum utilisée quant à elle est le Havana 3 Ans. Le Bacardi est l’autre grand producteur mais sa version d’entrée de gamme est moins racée et surtout plus claire que l’aspect paille du Havana 3 Ans. Si vous souhaitez monter en gamme, faites vous plaisir avec du Bacardi 8 Ans d’âge qui lui surclassera le Havana 3 Ans. Pour en moyenne 2 euros de plus vous pouvez toujours investir dans du Havana Special, à la couleur nettement plus brune car plus vieux que le 3 Ans. Il reste néanmoins un poil en dessous du Bacardi 8 Ans (mais dont le prix est sensiblement plus élevé).

La dose par verre est de 5 à 8 cl cela dépend de la charge que vous souhaitez faire par godet. Avec une bouteille de 75cl standard vous pourrez ainsi faire entre dix à douze verres. Donc si vous avez six personnes à boire vous pourrez faire deux tournées mais certainement pas trois…

Comment faire un mojito réussi du premier coup?

La recette en elle-même maintenant. N’essayez pas d’inverser l’ordre sinon ce sera à vos risques et périls. Personnellement j’ai mis deux ans avant de bien savoir faire ce cocktail jusqu’à ce qu’un barman m’explique un jour le comment du pourquoi que vous retranscrit là.

Prenez un verre à Mojito. L’idéal est d’avoir le verre de bar idéal mais à défaut un verre de hauteur moyenne avec une base plate fera l’affaire. Coupez de la menthe fraîche par la tige (et non les feuilles). Ne pas émietter. Rajouter un demi citron vert coupé en dés. Pressez le tout avec un bon pilon mais sans hacher les ingrédients. Mettez ensuite une bonne dose de sucre en cassonade (pour le côté craquant lorsque l’on aspire à la paille).

Chargez le verre jusqu’au bord de glace pilée (et pas en glaçons car quand on verse l’alcool cela se répand mieux dans le verre et on évite aussi d’en mettre trop). Après avoir mis l’alcool on rallonge avec de l’eau gazeuse de type San Pellegrino ou Perrier pour que cela bulle bien et lui donne ce côté tout juste prêt à consommer. Pour les puristes terminez avec une à deux gouttes d’Angustura Bitters, un additif qui rajoutera une dose d’amertume au cocktail. Vous pouvez aussi réaliser ce cocktail sans alcool : on appelle cela un Virgin Mojito.

Vous pouvez touiller légèrement pour mélanger (juste avant d’avoir mis l’Angustura qui lui doit rester apparent en surface). De toute façon toute personne qui se voit servir un Mojito aura pour réflexe de touiller son verre avant de commencer à le boire. Laissez-y d’ailleurs toujours un agitateur et bien évidemment une paille. On en rigole mais imaginez le même verre servi sans cette petite tige…

Bonne dégustation. Et surtout avec modération !

→ Lien Wikipédia sur ce cocktail
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mojito

→ Un site de cocktails bien ficelé
https://www.1001cocktails.com/

Publicité

Publié par edithdenantes

Personne libre, 36 ans et bien dans ses collants! Sur ce blog nous parlons de sujets divers et variés pour toutes et tous. Notre chaîne vidéo du même nom est également à votre disposition.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :